La Vadrouille #32 / La maison des Grandes Plaines (et Lee Marvin dans la vallée de la Seine)

Cet été, j’étais dans l’Aube. Géographiquement, je ne bougeais pas, j’étais sur une île au milieu de l’océan, une oasis en bord de Seine au milieu du grand désert agricole. Dans ma tête, c’était un voyage, parce que les séjours intensifs avec des gens, qui plus est handicapés, c’est un voyage. En trois semaines, tu passes des étapes. Pendant une de ces étapes, sur ta route, c’est le calme plat. Rien ne s’inscrit. Tu as le sentiment que le paysage est identique chaque jour. Que plus rien ne bouge. Et donc que plus rien n’est grave. Rien ne s’inscrit, rien n’a de conséquences. C’est faux. C’est un peu la traversée des Grandes Plaines. Chaque minute te rapproche de la côte Ouest, de la Californie, d’un ailleurs et d’une autre chose. Mais toi, tu ne bouges plus, pourtant. Tout est possible et pourtant rien n’existe. Les Grandes Plaines dans la tête. Et la voix de Lee Marvin qui chante, obsessionnelle, dans «Paint Your Wagon».

DSC_9419